André Maurice :  “La musique est un truc qui me colle au cœur et au corps!” 

Depuis son départ de Réunion 1ère en 2016, l’animateur de radio André Maurice dit Dédé a choisi d’être discret et silencieux.  Lorsqu’il a refermé  derrière lui les portes de l’audiovisuel à double tour, il a jeté la clef par-dessus son épaule sans regarder où elle était tombée et depuis Dédé a ouvert un nouveau chapitre de sa vie culturelle consacrée à l’écriture. Hier micro, jordu stylo ! Témoignage de celui qui a été la “voix” des ondes, grand défenseur du patrimoine musical réunionnais qui a bercé notre enfance en musique.

Curieux personnage que ce Dédé !

“J’ai connu Dédé quasiment à mon entrée en sixième, en 1958, au vieux lycée Leconte-de-Lisle de la rue Jean-Chatel (actuel collège Bourbon)” Nous sommes très vite devenus des amis, amitié que j’ai également partagée avec son frère, le regretté Mico, trop tôt arraché à l’affection unanime. Curieux personnage que ce Dédé !

Ses origines expliquent en grande partie l’homme qu’il est devenu. Son père est exploitant agricole, éleveur, planteur, maraîcher, entre la Plaine-Saint-Paul et Bellemène. La maman s’occupe de la maison et de la descendance. Un milieu où les valeurs familiales, l’entraide, la solidarité et le sens de l’effort sont au frontispice de leur case. Le goût d’apprendre et de transmettre aussi. Tout en poursuivant un cursus primaire et secondaire des plus honorables en « section philo », l’ami Dédé s’intéresse très tôt à la musique ; sous toutes ses formes. Cette passion irrépressible ne le quittera plus jamais » raconte Jules, son ami d’enfance. 

Dédé passionné de musique en tout genre

Dédé, passionné par le rock’ n’ roll naissant (Shadows, Elvis, Stones, Beatles, Beach Boys… ), acquiert vite de solides connaissances dans bien d’autres domaines musicaux, classique, jazz, blues, latino, etc. La mode faisant, il s’essaie même à la guitare mais n’insistera guère, préférant aller écouter, de longues heures durant, l’AJER, les Chats Noirs, les Torpilleurs, les Loups, groupes phares des années yéyé réunionnaises. Dans le même temps, il suit les prestations des musiciens locaux, Jazz Tropical (Vinh San), Julot Arlanda, Donat, Tropina…

Pendant ma petite enfance, j’ai été bercé par beaucoup de musiques, mais j’ai eu  deux influences majeures. Étant marmaille, j’étais confié à ma nénène Paulina Langromme , une descendante d’esclaves. Elle était ma deuxième maman et le soir, pour m’endormir, elle me fredonnait, des airs de maloya, appris dans sa famille lors de « service kabaré », les cérémonies en hommage aux ancêtres… voilà pour l’influence maloya” explique Dédé Maurice. 

La famille d’André Maurice habitait et habite toujours rue Maréchal-Leclerc à cent mètres de la Société Ouvrière (une salle de réception) et à une cinquantaine de mètres à vol d’oiseau de la Terrasse de la Belle Etoile, un salon de bal célèbre où étaient régulièrement organisées des soirées dansantes animées par les orchestres en vogue. Au programme, des succès sur tous les rythmes  paso, tango, mambo, calypso, biguine et séga évidemment. Cependant, c’est l’accordéoniste Loulou Pitou premier musicien que Dédé a entendu en live avec son séga sur la Terrasse de la Belle Etoile en 1953/1954.  Il n’avait à l’époque que 6 ou 7 ans. C’est pour cela qu’il dit que Loulou est son parrain du séga. 

La musique : un truc qui me colle au cœur et au corps!  

À 16 ans, Dédé reçoit en cadeau son premier tourne-disque « Teppaz » et en même temps que les 45 tours des idoles de la vague yéyé, il écoutait les disques de Luc Donat, Loulou Pitou, les orchestres d’ André Philippe et des Frères Legros, Maxime Laope, Benoîte Boulard  et Henri Madoré. 

J’ai grandi avec eux et aussi avec les Jokarys, mon groupe préféré. Les années 1960 étaient explosives de créativité car c’est à cette période que nos groupes musicaux se sont électrifiés pour jouer sur les mêmes guitares que les Chaussettes Noires, les Shadows, les Chats Sauvages ou les Beatles. J’étais fan des Loups de Jean-Claude Gigant et Pierre Rosély, des Chats Noirs de Max Dormeuil, de L’AJER (Association des jeunes réunionnais) d’Alain Bastide, des Pois-du-Cap de Patrick Sauger, des Kids des frères Albac, des Torpilleurs de Jean-Marc Nativel, des Lynx avec les frères Payet etc. C’est ainsi que j’ai vécu le début de ma passion pour toutes les musiques,  «un truc qui m’ colle encore au cœur et au corps !».

Dédé, homme de radio 

C’est à l’écoute du poste de radio familial que naîtra son amour de la radio car il suffisait de tourner un bouton de cette boîte magique pour que la séduction des ondes exerce sur Dédé sa fascination à travers les feuilletons radiophoniques « Les maîtres du mystère » (les contes policiers de Pierre Billard et Germaine Beaumont), « Noëlle aux quatre vents » (1965), « La dame de Beyrouth », « La Tribune de l’Histoire », ( depuis 1951 avec Alain Decaux, André Castelot et Jean-François Chiappe),  les ségas folkloriques et … la voix de Jean Vincent-Dolor . 

C’est ainsi que pendant toute mon adolescence, j’ai été admiratif du talent de Jean Vincent-Dolor. Le professionnalisme de ses reportages et son sens de l’interview m’ont donné envie de lui ressembler et de vouloir faire un jour comme lui. C’était mon idole et il était plus important à mes yeux qu’Elvis Presley”. 

Très vite, la passion de transmettre fait de Dédé Maurice  l’homme de radio que l’on sait. Avant même qu’il ne passe son bac, la chaîne locale ORTF le sollicite pour animer des sessions sur les ondes. Naîtront « Mon île sur un plateau » puis le très célèbre « P’tit bal du samedi soir » que les nostalgiques évoquent toujours non sans une larme furtive.

Dédé Maurice est connu pour avoir animé, avec une bonne humeur communicative, moult émissions en direct. On peut presque dire que tout ce qui chante ou gratte est passé par lui à RFO, station à laquelle il est resté fidèle jusqu’à sa retraite.

Dédé grand défenseur de la langue créole au coeur tendre 

Scientifique dans l’âme, Dédé Maurice possède une totale maîtrise de la langue française à laquelle il voue un culte. Dans le même temps, également ardent défenseur de la langue créole, il se désole comme beaucoup de constater, hélas, que nombre de Créoles, jeunes ou moins jeunes, « i gaingn pi cause créole in merde ! »

Des valeurs authentiques que lui ont léguées ses parents, Dédé conserve intacte l’empathie et la main tendue : il ne peut supporter de voir un ami dans la mouise. 

Alors que j’étais au bord du gouffre,  il m’a mis en contact avec ti-Guy Zitte (« Le météo des îles éparses ») ou notre pote Jean-Pierre Boyer (« Du bidonville aux feux de la rampe »), désireux que quelqu’un écrive leur histoire… ce qui m’a permis de retrouver mon souffle” explique Jules Bénard,  en essuyant une petite larme. 

Dédé ne peut passer devant un SDF en faisant semblant de regarder ailleurs. C’est de famille puisque sa sœur, la charmante Suzel, n’agit pas autrement. Pour l’anecdote, la seule à avoir compris l’essence de notre amitié, est Gabrielle Séry, ancienne rédactrice du JIR Télévision.

Un jour que Dédé l’avait emmenée m’interviewer lors de la sortie d’un de mes livres, elle prouva un sens de l’observation formidable : « La complicité entre ces deux-là est telle que lorsque l’un commence une phrase, c’est l’autre qui l’achève ! » A un de ces quatre, l’artiste ! renchérit Jules.

Dédé est un homme généreux et investi dans diverses associations humanitaires. En 1986, il reçoit un trophée pour son action en faveur des musiques de l’Océan Indien à l’occasion du Festival de Château Morange à Saint-Denis et est médaillé de la Ville de Saint-Denis pour son engagement pour la culture réunionnaise. 

Son aura ?

« La gloire et la renommée sont douces surtout de loin, quand on en rêve ; dès qu’on les possède, on n’en sent plus que les épines », kisa la di sa mi koné pu ! Sépousa moin la zamé kour dérièr  la notoriété …  Gramoune la di  osi : « in tone zoli parol i ranpli pa mon marmit ». Avec les compliment du « Capitaine Dédé-Maurice » qui navigue à bord de sa jingade sur l’Etang Saint-Paul pou souke mombruns, tilapias ek zanguilles trois couleurs ! » conclut Dédé en souriant. 

2 commentaires

  1. Quel article mérité ! Merci Jules Benard d avoir avec justesse et Amitié, retracé ce parcours de notre Dédé pour lequel j ai mis des années à l appeler ainsi tel mon respect de à personne, juste, cultivé comme personne sur notre patrimoine musical, une bible précieuse.
    Je peux assurer que l admiration pour mon père Loulou était réciproque

    J’aime

  2. MERCI , D D pour le petit bal du SAMEDI SOIR dans les annees 1970 ! un petit service ! peut etre aussi pour ce qui attende ! ecouter ; ou avoir acces sur les achives , les moments de musiques de cette epoque , MERCI d’avance des conseils !!!!!!!
    .

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s