« Don’t let go », le premier titre de l’artiste Nymphéa

Nymphéa, de son vrai nom Ingrid Richard, est une auteure-compositrice la nuit et professeur le jour. Réunionnaise amoureuse des mots et de la musique, elle a sorti il y a un mois son tout premier titre « Don’t let go ». Un titre en anglais certes mais avec des paroles en créole qui évoque le sentiment d’abandon, teinté d’errance et d’ombres mais surtout d’espoir, et de lumière. Une  chanson qui parlera au plus grand nombre !

A 38 ans, Ingrid Richard 38 ans est une Saint-Pauloise, professeur de français. Amoureuse des mots et de l’art, l’écriture et la musique font partie intégrante de sa vie, une vraie drogue saine, et cela depuis  toute petite.  

Son nom de scène n’a pas été choisi au hasard puisqu’il fait référence au peintre Monet du XIX siècle dont elle est fan. Un artiste peintre connu pour ses nombreuses œuvres de nymphéas.  

Son projet musical  

Le cœur brisé par une rupture l’année dernière, Nymphéa  décide d’allier ses deux passions : musique et écriture. Une thérapie pour guérir et avancer  puis aider ceux qui ont connu la même situation.

 « Tirés de poèmes que j’ai écrits depuis plusieurs mois en créole, en français et en anglais, les chansons naissent et s’écoulent en une dizaine de jours sous ma plume avide. Les mélodies viennent s’y entremêler spontanément dans ma tête » raconte-t-elle.

Sans le savoir  encore,  le tout premier album de l’artiste est en  train de voir le jour. Nymphéa contacte alors Gérald  Loricourt qui pose ses notes sensibles sur ses  textes et ses mélodies.  

Nymphéa propose une musique  éclectique aux sonorités métissées, aux influences soul, urbaines et traditionnelles à la fois, en bref : un bon cari la musik.

Son premier titre « Don’t let go »  

Prenez un soupçon de maloya, une pointe de  soul et de gospel, assortis d’une touche urbaine  ek in bon peu l’amour (toujours !) : Voilà  « Don’t let go ».  Premier titre écrit à 99,9% en créole, « Don’t let go » évoque le sentiment d’abandon que  chacun peut être amené à ressentir après une  rupture comme si l’autre avait emporté un bout  de votre cœur avec lui. On lui crie de ne pas  abandonner, de ne pas partir…en vain !  

« Je suis actuellement en préparation de mon premier EP « Coulèr mon l’âme », en studio avec Gérald Loricourt. La sortie est prévue pour la fin de l’année » renchérit Nymphéa avec enthousiasme.

L’auteure s’engage également auprès des plus démunis. En effet, après avoir été bénévole à la prison du Port dans l’association Lire Pour En Sortir, où  elle faisait de la lecture à voix haute, elle  participe une fois par mois à la distribution de repas pour les sans-abris de Saint-Paul.

Aussi à travers ses chansons, Nymphéa espère-t-elle aider les gens d’une autre façon grâce au  pouvoir cathartique des mots et de la musique.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s