Réo1, le graffiti comme moyen d’expression

Yannis Sinapayen Sinamalé plus connu sous son nom d’artiste Réo1, est issu de la culture graffiti old school réunionnaise.  Il allie graffiti, sérigraphie, abstrait et dessin en faisant de ses œuvres une synthèse de la diversité culturelle. Découvrez celui qui fait de son art, une projection d’énergie et d’audace perpétuelle. 

Réo1 est tombé dans le dessin depuis l’école primaire mais a commencé ses premiers graffitis au lycée en 1989.  Initié par Enzo qui deviendra son mentor, ils fondent leur premier Crew :  les NGS (New Generation Supreme). 

Le graffiti est une manière à nous de dire qu’on « Existe »dans cette société.  Je préférais tagger que de trainer avec des mauvaises personnes. A L’époque il n’y avait pas de distractions à Saint Denis. Alors, j’ai commencé le graffiti avec des lettrages, des personnages et des messages. Cela correspondait plus avec mon aisance pour le dessin, et le rendu est plus intéressant qu’un tag (signature)”. 

La seconde vie des objets « déchets » dans l’art

A 48 ans, Yannis revendique la simplicité matérielle de ses créations élaborées à partir de matériaux naturels (bois, papier, tissus…). Adepte de la récup, il redonne vie et une âme aux objets. Il ne possède pas de cahier de charges défini, ses pièces témoignent de son environnement immédiat. Il alterne aussi son travail par la création de pièces uniques liées à la décoration. 

“Le concept de la récup est d’utiliser nos propres déchets et encombrants, en faire une nouvelle utilité, un nouvel usage et intérêt. C’est du recycl’art. Il est très important de laisser les valeurs de l’environnement à nos enfants”. 

Les voyages forment la jeunesse dit-on!

Réo1 voyage dès que son art le permet et découvre beaucoup de techniques qu’il reproduit parfois dans ses créations. 

Quand je voyage,  j’apprends beaucoup en techniques , en rencontres et relations humaines. J’endosse vraiment l’habit de l’artiste à l’ étranger car c’est là- bas que je suis véritablement reconnu. On m’ invite à échanger avec des artistes du monde entier seulement parce que le graffiti est reconnu comme un ART à part entière. Quand je reviens sur mon île, je suis pressé de repartir. Comme on dit « les voyages forment la jeunesse ». Ici on n’est pas vraiment considéré comme Artiste, on est juste là pour créditer à quelques occasions la fibre et l’ amour culturel de certains élus et responsables locaux. A l’étranger,  on me dit que je suis un artiste, que mon art est à sa place et que je suis passeur de couleurs et de rêves dans ce monde sombre”. 

Ses expositions, une première reconnaissance 

Réo1 a réalisé beaucoup d’œuvres au fil des années.  Mais il a fallu attendre 2018 pour sa première exposition.  Elle s’est déroulée à la galerie  Hangart 410 à Saint-Pierre : L’expo « RE01 & GUEST » avec comme invités les pionniers du graff et du TAG dyonisiens (EKO, Konix, Roko, Mane2, Seo Style,Kes en autres) sous les recommandations de JIMMY CAMBONA et de SOFY WARO. 

“ Les Réunionnais ont kiffé l’exposition et découvraient en même temps qu’à La Réunion, il y avait aussi des graffiteurs experts. Ils pouvaient mettre un nom sur les œuvres urbaines de certains” sourit-il. 

Dans la même année, Réo1 expose à l’international avec deux workshop (ateliers et expos) en Thaïlande suivie d’une autre en 2019. Puis, il  enchaîne avec la galerie “Tel la” à Saint-Denis et pour finir avec la galerie Ananta à Grand Baie à Maurice en 2020. 

Mes œuvres sont plus reconnues à l’extérieur et je trouve bien dommage qu’à La Réunion, on ne médiatise pas autant les artistes créateurs. Aujourd’hui,  je suis enregistré en tant qu’ artiste graffiti-art. Malheureusement,  je ne vis pas de ma passion. La sérigraphie et les ateliers me permettent de financer mes projets, mon matériel, mes voyages etc…  La vente des toiles se fait essentiellement en expos, vernissages, marchés d’art. J’expose aussi dans les centres médicaux, les cabinets d’avocats et d’architectes. Je tiens à remercier mes fidèles qui me suivent sur ma page et me soutiennent en s’acquérant certaines de mes créations.”

L’art est un formidable vecteur

En réalisant des œuvres à partir de déchets, Réo1 poursuit un double objectif : sensibiliser les gens à préserver la nature en leur montrant que le recyclage est possible même dans l’art. 

Si vous voulez acquérir une de ses œuvres, Réo1 expose actuellement au Centre Vision Claire à Sainte-Clotilde, suivra d’une autre en novembre pour une expo collective “Kom Zot 30” à La Friche au Port. 

Vous pouvez le joindre sur les réseaux : Facebook : Réo 1 graffiti ou sur Instagram: reo1graffiti.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s