Terry Rossberg : Quand le recyclage devient art !

Installé dans son atelier à la Saline Les Bains, Terry Rossberg nous invite à l’évasion autour de ses sculptures entièrement réalisées à partir de bois, de boîtes de fer, de pierres et autres matériaux. Un bout de bois flotté devient un poisson et autres chatoyants habitants de l’océan, une vieille machine à coudre brute et hostile se transforme en un objet de préciosité. Il suffit de l’imaginer et Terry le crée. Découvrez ces vieilleries surprenantes qui ont trouvé une autre vie dans les mains de Terry. 

 A 57 ans, originaire de Montpellier, Terry Rossberg vient de loin. En 2016, il décide de poser ses valises sur notre île pour être au plus près de ses enfants et petits-enfants. Mais on lui découvre une tumeur. 

A mon arrivée à La Réunion, je n’ai pas pris le temps de trouver un boulot car on m’a découvert une tumeur à la tête, opérée avec réussite il y a un an. Lorsque j’ai appris que j’avais un cancer, j’ai voulu vivre le temps qu’il me restait à ne faire que ce que je voulais. C’est à partir de là que j’ai fait ces créations avec la récup et le détournement d’objet. Mais je tiens à souligner qu’aujourd’hui j’en suis sorti normalement de cette maladie et je vais très bien. Je n’ai d’ailleurs aucun traitement ni chimio juste un suivi ”.

Cette passion de bricoler, d’inventer des choses avec tout ce qui lui  passe entre les mains, il l’a depuis son enfance. Terry a essayé de tenter de s’inscrire à l’école  Boulle qui enseigne l’art à Paris mais la vie l’a contraint à choisir un métier de commercial plus simple et plus prompt à lui assurer le quotidien et l’alimentaire. Cela ne lui a pas empêché de faire une ou deux créations par an que ce soit de la sculpture sur bois, sur pierre ou métallique ou encore de la peinture sur toile ou décorative sur véhicules de compétition.

Je dessinais plutôt très bien depuis tout petit grâce à ma maman qui pratiquait la peinture artistique. Et j’ai commencé à bricoler, à faire de la mécanique et à utiliser des outils dès l’âge de 11 ans car mon père réparait et se fabriquait ses propres véhicules tout-terrain pour aller en forêt ou en brousse à Libreville au Gabon. Lorsque j’ai eu 17 ans, mon père a eu un très grave accident et est rentré en France en 1983.  J’ai dû abandonner mes projets de faire une école d’art et commencer à travailler dans le premier métier que j’ai trouvé, c’est à dire la vente de matériaux “.  

Un métier qui lui permet de continuer de dessiner, de modeler et de sculpter. Terry Rossberg a ce talent, ce don, ou ce défaut de voir des objets, des personnages, des esquisses dans tous les objets depuis tout petit. Un peu comme les enfants qui s’amusent à  imaginer des animaux en regardant les nuages. Alors, il imagine et crée des œuvres qui vous ramènent en enfance.

Sensible à la nature qui nous entoure, Terry s’est lancé depuis peu dans le recyclage de toutes sortes de matériaux. Il détourne des objets et leur redonne une seconde vie.

“ Le restaurant la Bobine à Saint-Gilles avait d’ailleurs largement contribué à cette  décision car je lui avais fait plusieurs créations avec du bois flotté et du bambou. Malheureusement, cette expo fut très courte car ce restaurant a été détruit, mais cela a contribué à donner une première impulsion à mon travail. J’ai eu un bon nombre de commandes par la suite. Et j’ai été tenté de voir avec d’autres matériaux que le bois, toujours avec l’idée du recyclage, même si j’avais pris note que l’idée du recyclage n’était pas viable financièrement sauf si j’adoptais une production à grande échelle”.  

L’idée de multiplier ses créations le rebute.Terry continue avec un cheminement plus dirigé sur le métal,  plus compliqué certes mais un peu plus valorisée que le bois. Puis un jour, le destin a mis sur son chemin, lors d’une brocante, une machine à coudre Singer. Une identique à celle que possédait sa grand-mère. Et là c’est le coup de foudre ! Le mécanisme était cassé mais Terry l’a prise en se disant qu’il arriverait bien à en faire quelque chose. Et voilà comment est née sa première création avec une Singer devenue un tracteur qui s’est vendu correctement. 

La semaine suivante, il y retourne et  retombe encore une fois sur une autre machine à coudre Singer à la brocante de Saint-Pierre. ll en a fait la première automobile machine à coudre Singer. Et depuis, il ne se pose plus de questions, car il ne réalise plus que des voitures avec des vieilles machines à coudre qui se vendent plutôt bien en Europe et même à La Réunion. 

Les oeuvres de Terry Rossberg sont uniques. Chacune de ses créations est livrée avec un certificat d’authentification signé par Terry Rossberg himself.  Sa passion pour le recyclage rejoint un peu sa philosophie de la vie des hommes. Les hommes sont comme les objets, ils vieillissent. Et un jour, les plus jeunes décident qu’ils sont dépassés et has been.

Je pense et je dis que les hommes comme les objets mis au bon endroit avec les moyens et l’attention qu’ils méritent, peuvent surprendre et servir à beaucoup de choses”. 

On ne peut qu’adhérer à cette philosophie naturaliste autant qu’humaniste. Mais quand on voit l’acharnement mis par les humains à détruire la Nature (voir le bâti en zones autrefois admirables), on se demande s’il n’est pas trop tard

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s