Patates-cochon, patate chouchou, patate… que j’aime ton goût.

Partout dans le monde, tous pratiquent la patate, patate pomme-de-terre ou patate douce, aux multiples vertus. Elle constitue une importante ressource alimentaire à la Réunion et nourrit également les animaux d’élevage.

Patates-cochon… que du gourmand !

Qui connaît encore la patate-cochon ? Il y en avait des tonnes dans la ravine d’Évrine (Évelyne, bien sûr), à la Rivir’, dan’ temps. De fines lianes (un peu comme la liane-aurore) courant à ras de terre, lorsqu’une ramification s’enfonçait dans la terre, il fallait fouiller comme les meilleurs cochons truffiers. Sous vingt centimètres de terre, on retirait une grosse patate-cochon (l’aspect d’un gros cambar). On jetait la plus grosse partie dan’ mangé cochon ( le cochon en dégustait moins que nous). Qui n’a pas aimé ça ? On pouvait aussi en prendre les morceaux les plus tendres et les mitonner dans un cari cochon.

Patate-« chouchou » et sieste crapuleuse.

Pour rester chez «la bonne vieille Patate », comme disait Jean Marais dans une pièce de Marcel Achard, il y a l’excellente patate-chouchou. Il y en a plein, il y en a partout… mais personne ne connaît. Rien de plus simple, ce sont les tubercules de lianes-chouchou. Lorsque la liane arrive en fin de vie, il suffit de fouiller et bingo ! Si vous n’avez pas de plant de chouchou chez vous, ce qui est compréhensible à votre 5 ème étage, mettez-vous en cheville avec un planteur de Salazie ou Plaine-des-Grègues. Il vous en procurera pour pas cher. Même utilisation que le cambar, le songe, la pomme-de-terre.  C’est un régal (dans un cari bèf par exemple) mais ça cale son chrétien. Sieste garantie… crapuleuse ou non. Ça dépend si votre copine aime les ronflements sur-décibélés…

8feab3f50ff5ec89d7d5e89323bc382a

 

Lundi patate, mardi patate, patate à tous les temps!

La patate, ça se conjugue à tous les temps, et la patate dite « pomme-de-terre » a son pendant, c’est la cas de le dire : la pomme-en-l’air. Ça pousse sur des lianes qui ont la malignité de grimper haut. Il faut un certain sens de l’acrobatie pour les cueillir mais quand on y arrive, on en est fier !

La pomme-en-l’air est comme une pomme, même forme, même gueule, colorée d’un joli argenté qui fait presque regretter de la trucider. Sa peau est très épaisse ; donc, la peler avant de la faire cuire. Ensuite, vous en faites ce que vous voulez, comme avec des pommes de terre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s